dimanche 27 septembre 2015

Fractures - Franck Thilliez

Titre : Fractures
Auteur : Franck Thilliez
Editions : Pocket
Pages : 439 


Résumé :
Alice Dehaene se recueille sur la tombe de sa sœur jumelle, Dorothée, décédée dix ans auparavant. Une question la taraude : à quoi rime cette photo de Dorothée, prise il y a à peine six mois, qu’elle a récupérée des mains d’un immigré clandestin ?
Alice sait que quelque chose ne tourne pas rond dans sa tête. Son psychiatre à l’hôpital de Lille, Luc Graham, doit lui révéler le résultat d’un an de psychothérapie, lui apporter cette lumière qu’elle recherche depuis si longtemps. Mais les événements étranges qui se multiplient autour de la jeune femme vont l’en empêcher : son père, agressé chez lui à l’arme blanche, et qui prétend avoir tenté de se suicider ; ce chemisier ensanglanté qu’elle découvre dans sa douche, à propos duquel elle n’a pas le moindre souvenir ; et cet homme retrouvé nu à un abri de bus et qui semble avoir vu le diable en personne.

Grâce à l’intervention de Julie Roqueval, assistante sociale en psychiatrie, Luc Graham, d’abord dubitatif, se décide enfin à mener l’enquête. Un aller simple vers la folie…


Mon avis :
On suit à la fois Alice, Graham ainsi que Julie à travers une enquête qui nous entraîne, nous aussi, vers la folie. 
Thilliez m'épate encore une fois dans ce roman. Il est vraiment fort. Tout se tient. On se doute parfois de certaines choses, mais pas de toutes. On se laisse parfois berner, mener par le bout du nez. Jusqu'à la fin, je ne savais pas qui était Mirabelle. 
L'intrigue est très bien menée. On se laisse emporter. Chaque page se tourne sans qu'on y fasse attention. Le suspense est présent dans le sens où on a envie de comprendre aussi ce qui se passe. On se pose plein de questions. Pourquoi Dorothée a été passée pour morte, etc... On a envie de comprendre qui est qui, quels liens ont les personnages entre eux. 
J'ai passé un bon moment de lecture même si j'avais l'impression de tomber folle moi aussi.
Le thème proposé dans ce roman est un sujet qui m'a toujours un peu intéressé. Je ne dirai pas ce que c'est pour ne pas spoiler... A la fac, j'avais fait un dossier sur la schizophrénie. Ce n'est pas ce qui est représenté dans le roman mais c'est pour dire que le sujet m'intéresse et que j'ai d'autant plus apprécié l'intrigue.
Les personnages sont bons, bien faits mais j'ai eu du mal, à un moment, avec le docteur Graham. J'ai eu du mal à le cerner. Mais finalement, c'est fait exprès et vu son passé, ça peut se comprendre. 

Je ne regrette pas du tout ma lecture. Encore un Thilliez qui ne déçoit pas.

mercredi 23 septembre 2015

Uglies tome 1 - Scott Westerfeld

Titre : Uglies
Auteur : Scott Westerfeld
Editions : Pocket jeunesse
Pages : 432

Résumé :
Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s'apprête à subir l'opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n'aura plus qu'une préoccupation, s'amuser... Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l'entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu'un secret d'État : une manipulation. Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection?
Mon avis :
 Lu dans le cadre du challenge Des gages ta pal organisé par Merryfantasy sur Livraddict.Ce livre m'a été choisi par Riz-deux-zzz.
Plus jeune, j'avais déjà essayé de lire ce roman mais je n'avais pas pu aller plus loin que le premier chapitre. Je comptais bien retenter sa lecture un jour mais j'avais peur de ne toujours pas réussir à entrer dans l'histoire. Ce challenge est donc tombé à pic et m'a aidé à le sortir de ma bibliothèque à nouveau. 
Au début, on rentre tranquillement dans l'histoire, on fait connaissance avec l'héroïne et avec le monde dans lequel elle vit. J'appréhendais toujours ma lecture. 
Et puis, au fil de ma lecture, l'action est arrivée et je n'ai pas pu lâcher le roman. C'était plutôt addictif. Les choix que Tally ont faits, l'atmosphère du bouquin, les lieux, tout ça ont fait que j'ai adoré. Je ne m'attendais pas à ça, je n'avais pas relu la quatrième de couverture avant de commencer. Je m'attendais à des personnages du style "pouf" et c'est ce qui me faisait appréhender. Au final, j'ai été surprise par le retournement de situation et j'ai adoré l'ambiance et le nouveau lieu dans lequel elle évolue.
Les personnages principaux de La Fumée sont très intéressants. je me suis attachée à eux.
J'avais envie de connaître la suite, comment les personnages allaient s'en sortir mais je n'avais pas envie de quitter le roman. Ce que j'ai donc fait?? Et bien, je dois dire que c'est la première fois que ça m'arrive mais j'ai commandé la suite directement après. Des fois, je me procure la suite bien après ou bien parfois je l'ai déjà avant de lire le premier tome. Tout ça pour dire que j'ai hâte de continuer la saga, et savoir ce qui va se passer et ce qui va arriver à Tally et aux autres. 
J'imagine que dans le deuxième tome, l'atmosphère ne sera plus la même mais j'espère que ça ne va pas tomber dans le pathétique, ce que j'appréhende et ce que je déteste, un monde où il n'y a que la beauté qui compte. On verra bien mais je veux savoir si David pardonnera à Tally!!! :)

Pour ce premier tome, c'est presqu'un coup de coeur finalement. Comme quoi, les goûts évoluent. Je remercie Riz-deux-zzz pour m'avoir enfin fait sortir ce livre de ma bibliothèque pour de bon. Cependant, mon porte-monnaie ne la remercie pas^^.
Note : 19/20.

vendredi 4 septembre 2015

Tout est sous contrôle - Hugh Laurie

Titre : Tout est sous contrôle
Auteur : Hugh Laurie
Editions : Points
Pages : 425

 Résumé :
On peut avoir un caractère de chien, un sens de la répartie assassin, mais rester, même malgré soi, un mec bien. Hugh Laurie, formidable interprète du Dr. House, a largement su le prouver sur le petit écran, il récidive avec ce thriller palpitant dont le héros, Thomas Lang est un ancien militaire d'élite qui, hormis sa Kawasaki ZZR1100, n'a pas grand chose à perdre. Aussi, lorsqu'on lui propose 100 000 dollars pour tuer Mr. Woolf, un riche homme d'affaire londonien, Thomas ne se contente pas de refuser poliment, mais pousse l'indécence jusqu'à essayer de prévenir la future victime du complot qui se trame contre lui. Une bonne intention ? L'enfer en est pavé. On retrouve dans ce thriller aussi prenant qu'un livre de Robert Ludlum, aussi décapant qu'un épisode de Dr. House, le mauvais esprit salvateur de Hugh Laurie, au service d'une intrigue passionnante et d'un personnage qu'on n'oubliera pas de sitôt. 

Mon avis :
 J'avais envie de le lire depuis sa sortie. Quand j'ai dis que j'allais enfin le lire, on m'a promis de l'ennui. J'avais donc finalement un peu peur.

On suit Thomas Lang à travers ses péripéties. Déjà, à la première page, je me suis dis "wahou, ce livre va me plaire, c'est noir, c'est cru." J'aimais beaucoup. Je trouvais ce roman pas si mal que ça, je me demandais pourquoi on le critiquait tant. J'ai compris par la suite.

D'abord, le fait que le narrateur change tout le temps de nom suivant les personnes avec qui il parle, me perturbait. J'étais parfois perdue, je n'arrivais plus à suivre par moment. 
Ensuite, il y a des passages que je trouvais brouillon et moins intéressants. Je comprends les personnes qui ne l'ont pas terminé. Je ne peux pas vraiment dire que je me suis ennuyée parce que ça dépendait des moments. 
L'humour noir est présent et j'ai apprécié cela mais l'écriture n'est pas très fluide. Si des personnes connaissent Berlin Alexanderplatz... j'ai trouvé que le style d'écriture était un peu le même. 

Après, par contre, je ne me sentais pas vraiment dans un roman policier et la fin, et bien je dois l'avouer, je n'ai pas tout compris. J'avais l'impression que finalement il n'y avait pas de recherche, pas vraiment d'enquête. Ça a été trop vite, j'ai le sentiment d'avoir tout raté de l'enquête.

Ce roman ne m'a pas vraiment convaincu. Il commençait bien mais c'est éparpillé, à mon avis, par la suite. 

Note : 13/20

mardi 25 août 2015

Ne le dis à personne - Harlan Coben

Titre : Ne le dis à personne
Auteur : Harlan Coben
Editeur : Pocket
Collection : Thriller
Pages : 448

Résumé :
Imaginez...
Votre femme a été tuée par un serial killer.
Huit ans plus tard, vous recevez un e-mail anonyme.
Vous cliquez : une image...
C'est son visage, au milieu d'une foule, filmé en temps réel
Impossible, pensez-vous ?
Et si vous lisiez Ne le dis à personne... ?

Mon avis :

J'ai un soucis avec ce livre. Le roman est très bien écrit, l'enquête est très bien menée, ce n'est pas ça le problème. Je sais que j'ai bien aimé et qu'il était très addictif. Le problème, c'est que je ne me rappelle plus de tout exactement pour faire un avis correct alors que je l'ai terminé... la semaine dernière. J'ai pris des notes au début mais à la fin, comme j'étais en vacances, je n'ai pas emmené mon cahier avec moi.
Du coup, je ne sais pas trop quoi dire à part qu'au début, je n'avais pas du tout confiance en Shauna, je ne sais pas pourquoi. Je me demandais pourquoi c'était à elle que le narrateur se confiait... Je cherchais déjà un coupable avant de savoir ce qui c'était réellement passé. D'ailleurs, j'avais peur d'avoir déjà deviné la fin alors qu'évidemment pas du tout. (Je me croyais plus forte que Sherlock Holmes ou quoi?) 

Pour ce qui est des personnages, je les ai dans l'ensemble bien aimés. Au début, j'avais envie de frapper Carlson et puis finalement, il n'était pas si bête que ça. Par contre, l'agent Stone était un toutou qui m'horripilait. Il ne servait pas à grand chose.
 
Il y a un passage un peu surréaliste qui m'a fait faire une grimace : quand il retrouve le nom d'utilisateur et le mot de passe grâce à des mots-clés... J'ai trouvé ça un peu gros et tiré par les cheveux. Moi, on me dit ADOS, y a plein de choses que j'ai vécu qui me reviennent en tête. Comment je saurais si c'est la bonne? enfin bref, mis à part ça, c'est un bon roman.

Ca n'a pas été un coup de coeur mais je pense que c'est parce que j'en attendais beaucoup trop, on me l'a tellement vanté...
Mais pendant ma lecture, j'ai passé un très bon moment. 

 http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Challenge/33022214052006123859Copie.jpg

mardi 11 août 2015

Quatre fille et un jean - Ann Brashares

Titre : Quatre filles et un jean Intégral 1
Auteur : Ann Brashares
Editions : Gallimard 
Collection : Jeunesse
Pages : 736

Résumé
La grande histoire de quatre adolescentes, au cœur d'étés inoubliables. Une saga où se mêlent subtilement les voix de Carmen, Tibby, Bridget et Lena. De surprises en émotions, de rires en larmes, elles font l'apprentissage de la vie... et se retrouveront dix ans plus tard, confrontées aux grandes questions de l'existence - l'amitié, la mort, la maternité, l'amour...
Mon avis :
Je n'ai pour l'instant lu que le premier tome dans le cadre du binôme d'Août sur le forum Club de lecture. Ce livre m'a été choisi par Jen39.
J'avais déjà lu ce premier tome plus jeune, au début de l'adolescence mais j'avais tout oublié et comme j'ai la suite, je me devais de le reprendre du début. Et j'ai bien fait. Je ne me rappelais absolument de rien, et même en relisant, il n'y a rien qui me revenait à l'esprit. Je ne me rappelais même plus du personnage de Bailey alors que j'avais dû être choquée et émue par son histoire. 

Pour ce qui est du roman en général, j'ai vraiment apprécié ma lecture. J'ai beaucoup aimé suivre les filles à travers leur vie. Je trouve leur amitié super belle et très fidèle et j'aurais parfois aimé faire partie de leur groupe. 
Nous suivons des adolescentes avec leurs problèmes... d'adolescentes, leurs crises d'adolescentes, leurs désillusions, l'amour et la jalousie. Elles apprennent ce qu'est la vie avec ses déboires ainsi que les petits rien qui font les petits bonheurs. 
Chaque personnage a sa propre personnalité, une touche bien à elle même si  c'est Tibby la "rebelle" qui se démarque le plus. Il me semble que c'est elle qui évolue d'ailleurs le plus, en vivant un gros coup dur. 
J'ai bien aimé le personnage de Bridget qui n'a pas froid aux yeux. Elle est dans l'excès mais dans ce roman, ça passe bien, ça ne m'a pas dérangé. Je n'ai pas une seule fois levé les yeux au ciel que ce soit pour n'importe quel personnage. J'ai ressenti les émotions de chacune. J'ai versé des larmes à la fin. 
C'est un roman rafraichissant, qui nous donne des leçons de vie sans nous prendre la tête. Tous les personnages sont à mes yeux, authentiques, ils ont leur propre caractère.
Les filles ont des règles farfelues concernant le jean, mais porté par l'histoire, nous n'y prêtons pas attention. 

Pour ce qui est de la forme, j'ai trouvé original le fait que l'auteure fasse en guise de transitions entre chaque personnage, des petits mots que les filles s'envoient.

Je trouve ce roman très bien fait et je le conseille vivement à toutes les personnes qui ne le connaitraient pas encore. Je ne trouve pas de reproche à faire à ce premier tome. Ce roman est à la fois drôle et émouvant.
Ma note : 19/20

samedi 8 août 2015

L'élégance du hérisson - Muriel Barbery

Titre : L'élégance du hérisson
Auteur : Muriel Barbery
Editions : Gallimard
Collection : Folio
Pages : 413

Résumé :
" Je m'appelle Renée, j'ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois.
Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j'ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l'image que l'on se fait des concierges qu'il ne viendrait à l'idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m'appelle Paloma, j'ai douze ans, j'habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches.
Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c'est le bocal à poissons, la vacuité et l'ineptie de l'existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C'est pour ça que j'ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai. "

Mon avis :
Les avis sur la toile étant très mitigés, j'avais un peu peur de me lancer dans ce roman. Mais finalement, je n'ai pas du tout été déçue, au contraire.
Nous suivons les histoires de deux personnes habitant dans le même immeuble : une adolescente et une femme d'âge mûr. 
J'ai été déroutée au début par l'écriture mais je m'y suis vite faite surtout que finalement, elle est très belle, très poétique et mélodieuse. Par contre, j'avais le dictionnaire à portée de main, c'était parfois assez compliqué.
Au commencement, je préférais l'histoire de Paloma. J'ai bien aimé son petit discours sur le rugby, elle a des pensées très philosophiques, qui certes donnent mal au crâne mais j'aime bien cela. Ça ne m'a donc pas du tout dérangée.
Au milieu du roman, j'ai vite compris que ce roman allait être un coup de coeur. J'aimais beaucoup Renée aussi. Les deux personnages principaux sont très attachants. L'une aide l'autre sans le savoir.
L'arrivée d'un nouveau voisin va tout changer pour elles. 
La fin m'a surprise. C'est vrai que je ne savais pas trop à quoi m'attendre comme fin, je n'avais que la résolution pour Paloma mais pas celle pour Renée. J'en suis restée bouche-bée. Je ne voulais pas y croire. 
A l'origine déjà, j'aime beaucoup les histoires de palier et même si dans ce roman, ce qui est important n'est pas le fait que les rumeurs courent, ceci passe au second plan, j'ai apprécié être avec les trois personnages ainsi que leurs voisins. C'est comme si j'y étais. 

L'humour est très présent. J'ai complètement adhéré. J'avais envie de retourner dans le roman très vite. C'est très addictif, j'avais envie de continuer à les suivre, d'être avec elles.

Je pense que je lirai d'autres livres de cette auteure si l'occasion se présente, je ne m'en priverai certainement pas.

Deux citations qui m'ont plu :
Cette chatte n'a aucun projet construit dans la vie mais elle se dirige pourtant vers quelque chose, probablement un fauteuil. Et ça se voit dans sa façon de bouger : elle va vers. Maman vient de passer en direction de la porte d'entrée, elle sort faire des courses et en fait, elle est déjà dehors, son mouvement s'anticipe lui-même. Je ne sais pas très bien comment expliquer ça mais quand nous nous déplaçons, nous sommes en quelque sorte déstructurés par ce mouvement vers : on est à la fois là et en même temps pas là parce qu'on est déjà en train d'aller ailleurs, si vous voyez ce que je veux dire. Pour arrêter de se déstructurer, il faut ne plus bouger du tout. Soit tu bouges et tu n'es plus entier, soit tu es entier et tu ne peux pas bouger.

Comment cette femme qui, pour ne nous point maltraiter, n'avait jamais laissé comprendre qu'elle nous aimait, ni du geste ni de la parole, comment cette femme fruste qui mettait ses enfants au monde de la même manière qu'elle retournait la terre ou nourrissait les poules, comment cette femme analphabète, abrutie au point de ne même jamais nous appeler par les prénoms qu'elle nous avait donnés et dont je doute qu'elle se souvenait toujours, avait-elle su que sa fille à demi-morte, qui ne bougeait ni ne parlait et fixait la porte sous l'averse battante sans même songer à frapper, attendait que quelqu'un l'ouvrît et la fît entrer au chaud?
Est-ce cela, l'amour maternel, cette intuition au coeur du désastre, cette étincelle d'empathie qui demeure même quand l'homme en est réduit à vivre comme une bête? 

Beautiful Disaster - Jamie McGuire

Titre : Beautiful Disaster
Auteur : Jamie McGuire
Editions : J'ai lu
Pages : 441

Résumé :
Travis Maddox est sexy, bâti comme un dieu et couvert de tatouages. Il participe à des combats clandestins la nuit et drague tout ce qui bouge le reste du temps. Exactement le genre de mec qu’Abby doit éviter si elle veut réussir à démarrer une nouvelle vie. Mais Travis insiste et lui propose un pari. Si elle gagne, il renonce au sexe pendant un mois. Si elle perd, elle s’installe chez lui pendant un mois. Ce qu’il ignore, c’est qu’il a affaire à bien plus joueur que lui…

Mon avis :
J'appréhendais cette lecture avant de la commencer puisque je ne suis pas du tout habituée à ce genre de roman, je ne suis pas fan de romance. 
Nous suivons l'histoire d'Abby à travers ses propres yeux. Elle cherche à fuir son passé mais tout le lui rappelle. 
Au début, j'ai vraiment apprécié ma lecture. J'ai ressenti vraiment toutes les émotions. J'étais captivée par ce livre, je voulais savoir ce qui allait se passer par la suite.
Elle a d'abord dû faire un choix entre Travis et Parker. Ce dernier m'agaçait, il se la jouait trop riche. Il m'énervait vraiment, je "priais" pour qu'Abby ouvre les yeux. Je trouvais Travis plus mauvais garçon certes, mais beaucoup plus touchant. Il avait quelque chose en plus. 
Plus l'histoire avancée, plus je la trouvais niaise. Je levais de plus en plus les yeux au ciel, c'était de pire en pire. J'ai trouvé l'histoire des tatouages vraiment très stupide. Je sais que ça arrive très souvent dans la vie réelle et en général, ça me sourire, y a pas plus niais et surtout ça ne prouve rien. Quand je vois des personnes de ma famille avec le nom de leur ex-mari ou ex-femme gravé sur le bras, ça donne à réfléchir. 
Désolée pour la petite parenthèse vie privée. 
Je ne m'attendais pas du tout à cette fin là mais plutôt  quelque chose de plus tragique. Là, pour moi, c'est comme s'il n'y avait pas de fin. Leur histoire est vouée à l'échec même si la fin à l'air toute belle et toute rose. Tout le livre a été ainsi. Ça a tourné en rond à partir de la moitié du rond. C'était trop dans l'excès. Quand ils s'aiment, c'est le pur bonheur, on a l'impression que rien ne peut les atteindre mais un seul petit événement survient et ils en font tout une montagne et c'est l'apocalypse, ils s'insultent et se détestent. 
Je ne comprenais pas toujours leurs réactions, pourquoi ils se déchiraient autant. 
Autant, parfois, je les prenais en pitié, autant très souvent à la fin, j'avais envie de les baffer tous les deux.
Je pense aussi que le roman aurait pu être moins long s'il n'avait pas autant tourné en rond. 

Au final, ça a été une lecture très agréable au début mais elle s'est gâtée par la suite, dans le dernier tiers. Je n'avais qu'une envie, c'était de crier et de fermer le livre. J'avais juste un espoir pour la fin mais elle ne m'a pas du tout convaincue et m'a elle aussi déçue. Je trouve leurs décisions et leurs coups de tête vraiment très stupides et irréels. 
Je ne pense donc pas lire Walking disaster ni même la suite. Je suis curieuse, j'aimerais savoir ce qu'il s'y passe mais j'ai peur que ce soit sur le même ton et que ça tourne encore en rond. C'est vraiment trop répétitif. 
Si quelqu'un a lu Mme Maddox, dites-moi ce que vous en avez pensé et si vous me le conseillerez au vu de mon avis de ce tome-ci. :)

mardi 28 juillet 2015

Tolérance zéro - Patricia Cornwell

Couverture Tolérance zéro 
Titre : Tolérance zéro
Auteur : Patricia Cornwell
Editions : des deux Terres
Pages : 186

Résumé :
L’inspecteur Win, détaché auprès du procureur du Massachusetts, est rappelé par Monique Lamont, une femme aussi séduisante que redoutable, qui lui annonce son intention de se présenter au poste de gouverneur. En guise de programme, elle veut promouvoir un nouvel outil de lutte contre le crime, baptisé Tolérance zéro, capable, selon elle, d’élucider «n’importe quel crime, n’importe quand». C’est en fait une technique de pointe en matière d’analyse ADN. Très sûre d’elle, Mme Lamont décide de revenir sur un meurtre commis vingt ans plus tôt. Win est sceptique, mais il n’a pas le temps d’exprimer ses réticences : la violence surgit, bouleversant leurs vies. S’agit-il d’une coïncidence… ou d’une vengeance ?

Mon avis :
Je l'ai terminé il n'y a que quelques jours seulement et je n'en garde pas beaucoup de souvenirs. Ce policier n'a rien de surprenant, qui glace le sang.

L'histoire a d'abord été longue à se mettre en place. L'action vient au bout de quatre chapitres... Et la fin, quant à elle, était trop rapide, j'ai eu l'impression que l'auteure l'avait bacclée. Le fait de mêler deux enquêtes en même temps aurait été bien mais je pense qu'il aurait fallu plus de matière.
De plus, dans le résumé, on ne parle que de l'inspecteur Win et de Lamont alors je m'attendais à les suivre eux. Cependant, celle qui mène le plus l'enquête et qu'on voit au final le plus souvent, à mes yeux, et sa collègue Sykes. Ca m'a un peu perturbée au début mais finalement, quand on réfléchit, ils n'avaient pas d'autres choix que de ne pas trop se montrer.
Les personnages sont sympathiques mais ne sont pas vraiment attachants.
C'était une lecture agréable dans l'ensemble, elle se lit bien, ce n'est pas prise de tête, mais l'histoire est plate.
C'est le premier de cette auteure que je lis. J'en ai d'autres dans ma PAL. Je sais que ce roman a été une déception pour certains. Les Kay Scarpetta sont apparemment mieux donc nous verrons...

mercredi 22 juillet 2015

Chroniques des enchanteurs 1 : 16 lunes - K. Garcia et M. Stohl


Titre : 16 lunes
Auteur : K. Garcia et M. Stohl
Editeur : Le livre de  poche
Pages : 640


 Résumé :
J’ai longtemps rêvé de cette fille. Elle apparaissait dans un cauchemar où, malgré tous mes efforts, elle tombait sans que je ne puisse la sauver. Je me savais lié à elle d’une façon particulière. Et puis un jour, elle est arrivée en chair et en os dans au lycée de Gatlin, notre petite bourgade du Sud des Etats-Unis. Elle était belle et mystérieuse. Si j’avais su qu’en même temps que cette fille, dont j’allais tomber éperdument amoureux, surgirait aussi une malédiction... Nous étions menacés. Et cette fois, j’allais devoir la sauver... L’amour sera-t-il plus fort que le destin ?

Mon avis :
Ce roman a été lu dans le cadre d'une lecture commune organisée sur Livraddict par DarkToy. J'ai beaucoup aimé ce roman. Ce n'est pas mon habitude de lecture et je pense que c'est ce qu'il me fallait en ce moment. Ca change un peu aussi des histoires de vampires qui se ressemblent toutes à mon goût. J'ai été entraînée par l'histoire.Je voulais savoir la suite.
Au début, je lisais comme si le personnage principal était une fille, tellement habituée par les personnages féminins. J'ai trouvé bizarre le fait qu'elle s'appelle Ethan mais finalement il y a bien des Ashley garçons.... Bon , au bout de deux pages, j'ai quand même compris que je faisais fausse route^^.
L'écriture est fluide. J'ai apprécié les notes en bas de pages pour ce qui est de l'ordre historique et d'ailleurs je trouve intéressant le fait que l'histoire tourne autour de la guerre de Sécession et dans le passé et dans le présent, ça change.
Par contre, au début, il y a des passages qui m'ont fait penser à Eternels d'Alyson Noël comme le fait que Lena possède déjà le livre de littérature... Je me suis dit ça y est, elle aussi, elle est immortelle, j'ai failli râler un peu mais en fait, il n'y avait aucun rapport.
Il y a des passages que j'ai trouvé un peu comiques mais surtout au début.
J'ai été énervée par la circulation des rumeurs, par les manipulations et par le fait que personne ne fasse de distinction entre les différents membres de la même famille mais à la fin l'explication est là et ça change tout.

L'histoire est assez addictive. Je reste encore avec une ou deux questions, notamment "comment Ethan et Lena sont-ils vraiment liés? comment ils rêvaient l'un de l'autre sans s'être rencontré?"
Je n'ai pas la suite dans ma bibliothèque. Je pense que je continuerai un jour mais j'ai peur que l'histoire parte ailleurs, que ça change du tout au tout ou bien qu'il se repasse la même fin que dans ce tome-ci, que ça tourne en rond...

Barbe bleue - Amélie Nothomb



Titre : Barbe bleue
Auteur : Amélie Nothomb
Editions : Le livre de poche
Pages : 128

Résumé :
« La colocataire est la femme idéale. »

Mon avis :
C’est le premier Nothomb que je lis. Je ne connaissais pas du tout son style. Cette lecture a donc été une double découverte pour moi.
Nous faisons connaissance avec Saturnine, une jeune femme, professeur au Louvre, à la recherche d’un appartement. Un jour, alors qu’elle se rend à un rendez-vous pour une colocation, on lui apprend, dans la « salle d’attente » que toutes les femmes qu’a prises le propriétaire Don Elemirio comme colocataires ont toutes disparues. Plusieurs femmes sont présentes uniquement dans le but de voir qui est celui qui fait tant parler de lui.
Don Elemirio fait signer Saturnine immédiatement après qu’elle se soit présentée. Première question qu’elle se pose : Pourquoi l’a-t-il choisie si vite, alors qu’il en a refusé beaucoup avant elle.
L’intrigue se place autour de cet homme et de sa chambre noire qui est interdite, non fermée à clef et dangereuse pour quiconque y pénétrerait.
J’ai été surprise d’abord par le prénom du personnage principal féminin puis par les autres ensuite.
Saturnine est une femme avec un caractère fort, elle n’a peur de rien.
J’ai apprécié ma lecture. J’ai passé un bon moment. Saturnine et Don Elemirio « s’envoient des balles ». Les dialogues sont courts et cela donne un effet de vitesse. Les répliques fusent. Parfois, je me suis surprise à rire (pas non plus à gorge déployée, il ne faut pas exagérer^^).
L’histoire est courte. Je trouve que Don Elemirio s’est confié un peu trop rapidement. Je suis un peu mitigée sur la résolution de l’intrigue : je ne m’attendais pas à cette fin ni à cette raison (le pour quoi du comment, je ne veux pas spoiler), c’est donc un bon point mais, je le répète, je trouve que ça a été trop vite. Je n’ai pas eu le temps de me faire à ce motif. J’ai trouvé cette résolution à la fois recherchée (plutôt scientifique, physique sans trop de détail non plus, c’est basique) et trop simple. Le gars est juste fou.
J’ai quand même bien aimé ce roman. Il se lit très vite. Il était agréable à lire de par son écriture fluide. Mais je reste mitigée sur la résolution. Celle-ci reste tout de même assez originale.
Note : 16/20


Sherlock Holmes : Une étude en rouge - Arthur Conan Doyle


                                                      Titre : Sherlock Holmes : Une étude en rouge
                                                               Auteur : Arthur Conan Doyle
                                                                           Editions : Librio
                                                                Collection : Noir et policier
                                                                             Pages : 126

Résumé :
Au n°3 de Lauriston Garden, près de Londres, dans une maison aide, un homme est trouvé mort. Assassiné ? Aucune blessure apparente ne permet de le dire, en dépit des taches de sang qui maculent la pièce alentour. Sur le mur, griffonnée à la hâte, une inscription : Rache ! Vengeance ! Vingt ans plus tôt, en 1860, dans les gorges de la Nevada, Jean Ferrier est exécuté par de sanguinaires Mormons chargés de faire respecter la loi du prophète. Sa fille, Lucie, est séquestrée dans le harem du fils de l'Ancien. Quel lien entre ces deux événements aussi insolites que dramatiques Un fil ténu, un fil rouge que seul Sherlock Holmes est capable de dévider. Une intrigue tout en subtilités où, pour la première fois, Watson découvre le maître...

Mon avis :

Lu dans le cadre du challenge Lire ensemble. Ce livre était dans ma PAL depuis des années et des années. Je n'étais pas vraiment attirée par cette lecture mais ça y est, je l'ai enfin lu. Je ne sais pas pourquoi je n'ai jamais voulu le sortir de ma bibliothèque, ce n'est pourtant qu'un petit livre d'une centaine de pages. Je l'ai lu en une seule fois, en quelques heures.
Nous sommes face à la rencontre entre Sherlock et le très cher docteur Watson. Cette lecture n'a pas été un coup de coeur mais j'ai quand même bien aimé. C'est la première fois que je lis un Sherlock Holmes. Je ne suis pas déçue mais je trouve la résolution un peu facile. Sherlock a un don, une logique incomparable mais, à mon goût, pas très réaliste. Ce serait tellement bien que tous les enquêteurs puissent résoudre des crimes en trois jours. J'ai quand même passé un très agréable moment en leur compagnie.
J'ai été, au début, un peu perdue à savoir qui est le secrétaire : M. Drebber ou M. Stangerson mais cela s'est vite éclairci.
L'histoire est assez originale, liée aux Mormons. C'était intéressant. J'ai bien aimé aussi le fait de faire une première partie sur l'enquête et ensuite de nous raconter ce qu'il s'est passé avant dans une seconde partie. J'ai cru, au début, avoir loupé un détail, d'être dans une toute autre histoire. Conan Doyle a détaillé toute l'origine de l'histoire, dans le désert.
Un très bon roman qui se lit vite. Je ne regrette pas de l'avoir finalement sorti de ma PAL. Merci à Yuya de me l'en avoir fait sortir.

 http://a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Challenge/33022214052006123859Copie.jpg

Fahrenheit 451 - Ray Bradbury


                                                             Titre : Fahrenheit 451
                                                             Auteur : Ray Bradbury
                                                             Editeur : Denoel
                                                             Collection : Folio SF
                                                             Pages : 212

Résumé :
451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume.
Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable.
Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.


Mon avis :
J'ai lu ce roman dans le cadre du challenge LDPA13. Il m'a été proposé par Anaterya.
Ce livre est court. Il se lit très vite et en effet, en une journée il était fini.
J'avais un peu peur de ne pas aimer, étant donné que j'ai essayé une fois la science-fiction : l'histoire commençait très bien pour finir par me décevoir. Je me suis dis que c'était peut-être moi qui n'était pas réceptive à ce genre de roman mais j'ai quand même voulu tenter Fahrenheit 451.
J'ai été surprise de bien aimé. Je n'ai pas eu un coup de coeur pour ce livre mais c'est quand même un roman de science-fiction que j'ai apprécié.
J'ai trouvé vraiment intéressant le fait que l'auteur ait trouvé une histoire originale qui parle de livres. Certes, c'est horrible, pour nous, amoureux de lecture, de se dire qu'un jour, ça pourrait devenir limite l'apocalypse. L'auteur parle de robots, on en a déjà et ça ne m'étonnerait pas que dans cent ans, ils aient totalement pris la place sur nos descendants.
J'ai passé un agréable moment avec les personnages, sauf peut-être la femme de Montag qui ne s'occupe que de sa petite personne et j'avais envie de la secouer. Mais je garde un avis positif sur ma lecture. 

Je remercie Anaterya pour ce choix.
Note : 16/20 




https://i0.wp.com/img19.imageshack.us/img19/7835/challenge3.png